Actualités

Articles, congrès, web cafés, veille scientifique et technique…

Web-café #3 – Mardi 6 avril

Sujets des interventions : “Le FASEP : un dispositif de soutien à l’internationalisation des entreprises françaises.”
“Prise en compte de la biosurveillance et de l’écotoxicité dans le suivi de l’impact des rejets des STEU sur le milieu naturel / milieu récepteur.”

Jean-Charles Massabuau – MolluSCAN

Interview du créateur de MolluSCAN
MolluSCAN est une solution pour suivre en ligne l’évolution de la qualité de l’eau vue par le comportement d’un groupe de 16 huitres, moules ou autres (vidéo, 2min). L’idée des « valvomètres » n’est pas originale et date des années 70, mais nous l’avons totalement revisitée en développant une technologie ultra-sensible, stable et robuste.

Place des méthodes bio-analytiques dans la directive-cadre européenne sur l’eau (DCE)

Pour qualifier l’état chimique des milieux aquatiques, la directive-cadre européenne sur l’eau (DCE) impose une surveillance basée sur l’analyse chimique d’une liste de substances et groupes de substances prioritaires (45), fournissant une information très limitée au regard des milliers de molécules chimiques présentes dans les eaux.

Web-Café #2 – jeudi 4 février

Sujets des interventions : « Les normes volontaires peuvent vous aider à relever les défis de la biosurveillance de l’eau et des Milieux aquatiques » – « Les principaux apports de la refonte de la Directive eau potable ».

L’association France Eau Biosurveillance est désormais officiellement créée

La création de l’association France Eau Biosurveillance est désormais effective : elle a été entérinée par une assemblée générale constitutive le 14 septembre, en marge du congrès annuel de l’Association scientifique et technique pour l’eau et l’environnement (Astee) à la Cité Internationale de Lyon. Initialement prévu le 2 avril dernier, son lancementavait été reporté du fait de la crise sanitaire de la Covid-19.

Analyse de l’eau – Quelle place pour les biocapteurs ?

Analyse de l’eau Quelle place pour les biocapteurs ?
Où en est l’utilisation des organismes vivants pour détecter ou mesurer l’éventuelle toxicité d’une eau ? Les biocapteurs ou les bioessais sont-ils encore vus comme une solution d’avenir ou un espoir sans lendemain ?

Jérôme Couteau – TOXEM

Interview du fondateur de TOXEM – TOXEM est un laboratoire de toxicologie spécialisé dans l’utilisation des bioessais et dans la mesure de biomarqueurs. Nous proposons des solutions pour déterminer les profils toxicologiques des molécules chimiques (pures ou en mélange) mais également celui des rejets dans le milieu naturel.

Pollution des rivières : une méthode de prédiction de la contamination des poissons à l’aide de crustacés

La surveillance de la pollution chimique est un enjeu crucial pour préserver les écosystèmes aquatiques et la qualité des eaux. Le PFOS, un composé perfluoré très persistant dans l’environnement, fait partie des substances polluantes prioritaires au titre de la DCE – Directive Cadre sur l’Eau – et doit être surveillé dans les milieux aquatiques, en particulier chez les poissons.

Soutiens institutionnels

© FRANCE EAU BIOSURVEILLANCE 2021 | Mentions légales